5 & 6 février 2019
Espace Grande Arche - Paris La Défense
Le salon des solutions en analyse industrielle
accueil
Translation
L'essentiel
Demande d'infos pour exposer Conférences & Ateliers Exposants & Partenaires 2018
Badge Visiteur Infos pratiques Logos & Bannières Demande d'informations
 
Communiqué de presse
L’évolution des différents marchés qui seront au cœur de l’actualité de cette 32ème Edition
12/11/2018 :: Energies renouvelables, usine du futur, transition énergétique, augmentation du taux d’équipement de test et de mesure, analyseurs de gaz… autant de sujets qui seront au cœur de l’actualité de la 32ème édition du Salon Analyse Industrielle… Un petit point sur les grandes tendances à l’horizon 2019/2023.

Le projet de loi de finances pour 2019 prévoit l’investissement de 7,3 milliards d’euros dans les énergies renouvelables, contre 6,4 milliards l’an dernier. Le cabinet Xerfi-Precepta, dans une récente étude sur la finance verte, relève que le budget alloué aux EnR était supérieur en début de décennie, puisqu’il s’élevait à 8,6 milliards d’euros en 2011. Le cabinet évalue à 38 milliards d’euros les fonds nécessaires pour accroître de 20 GW les capacités renouvelables entre 2019 et 2023.

Les spécialistes estiment que la finance verte, dont la popularité et les rendements devraient augmenter, nécessitera de prendre le relais des investissements publics pour financer la transition énergétique. Ainsi, en 2017, les « green bonds », émissions obligataires vertes, étaient supérieures à 10 milliards d’euros en France, soit un quart des émissions obligataires mondiales. Le crowdfunding, qui a augmenté de 50% en 2018, pèse en revanche peu dans le financement des énergies renouvelables. Ce qui est certain, c’est que les logiques de marché appliquées aux EnR et l’état de chaque filière rendent risqués ce type d’investissements. Enfin, sur les quelque 2 900 milliards d’euros investis dans le monde dans les énergies renouvelables, un pays comme la France ne pèse que 0,25% d’investissements. Ce sont les pays émergents qui représentent l’avenir de ces filières, avec un poids à hauteur de 60% des investissements.

42 %des déchets ménagers en France sont traités par incinération
Et sur les 13 millions de tonnes incinérées, 95% font l'objet d'une valorisation énergétique. La valorisation énergétique des ordures ménagères se place ainsi au 2ème rang pour la production de chaleur ou d'électricité à partir d'énergies renouvelables.

Selon le baromètre des énergies renouvelables électriques en France. En fin d'année 2016, la France se dotait d'un « plan de réduction et de valorisation des déchets 2025 ». Celui-ci, qui représente le programme opérationnel du volet déchets dans la loi de Transition énergétique de 2015, repose sur trois axes principaux : d'ici 2025, la réduction de moitié par rapport à 2010 des déchets non dangereux et non inertes, avec une étape à - 30% en 2020 ; la réduction, toujours de moitié entre 2010 et 2025, du même type de déchets, incinérés dans des installations « n'atteignant pas le critère d'efficacité énergétique » (étape fixée à -25% pour 2020) ; enfin la suppression pure et simple de l'incinération de déchets dépourvue de valorisation énergétique.




Selon Research and Markets le marché mondial des équipements de test et de la mesure électronique devrait atteindre 28,98 milliards de dollars d’ici 2023 contre 23,51 milliards de dollars en 2017, soit un taux de croissance annuel moyen de 3,55%.

Cette croissance est notamment due à : la pénétration accrue de l’instrumentation modulaire - les
progrès technologiques croissants vers la mise en réseau et la communication - l’adoption de davantage d’appareils électroniques - les dépenses en R&D en augmentation.

Quant à Technavio, pour ce cabinet le marché mondial du test et de la mesure passerait d’un montant de 19,17 milliards de dollars en 2016 à 23 milliards de dollars en 2021, soit un taux de croissance annuel moyen (CAGR) de 3,7 %.

Selon une étude réalisée par Xerfi, le marché des instruments de mesure est en pleine ébullition. Les nanomatériaux, les véhicules autonomes, l’usine 4.0 et les réseaux 5G font appel à des capteurs, appareils et systèmes de mesure toujours plus perfectionnés, voire inédits. Et l’essor de ces marchés entraîne dans leur sillage l’activité des professionnels de la mesure, qu’ils soient fabricants ou prestataires de services de métrologie. Leur chiffre d’affaires a ainsi progressé de 3% en 2017. Une croissance qui a également été soutenue par le redressement de l’industrie manufacturière. Si toutes les catégories d’instruments de mesure ont profité à plein de cet environnement porteur, les spécialistes des compteurs ont surperformé le marché grâce au plan de déploiement des compteurs Linky et Gazpar dans l’Hexagone. D’ici 2020, les perspectives de croissance se maintiendront au beau fixe selon l’étude Xerfi France.

Selon la société d’analyses britannique Technavio, le marché mondial des analyseurs de gaz serait estimé à 465,1 millions de dollars en 2020, avec un taux de croissance annuel moyen (CAGR) de plus de 3 %.

Télécharger la pièce jointe

 
Partenaires Institutionnels
 
Partenaires
 
www.analyse-industrielle.fr - copyright Infopromotions - Groupe Solutions 2018 - tous droits réservés - Privacy Policy - Mentions légales